Mots-clés

, , , , , , ,

Par Danyrou

VM

Ce livre complètement déjanté s’ouvre sur Lucien Vil costumé en démon en cette journée d’Halloween. Étendu sur le divan de son psy, il raconte à ce dernier toute son excitation pour cette fête où il entrevoit avec bonheur la journée de travail qui l’attend, où tous ses collègues seront comme lui déguisés. Lucien se réjouit : pour une fois dans l’année, il ne détestera pas tout le monde. On comprend mieux son état d’esprit lorsque l’on voit tout le mépris et le malaise qu’il dégage sur son lieu de travail, « Linguine voitures et livres usagés », où il occupe le poste de libraire. Cet amalgame entre deux produits de consommation qui n’ont rien à voir les uns avec les autres donne le ton à ce récit absurde et délirant. Après avoir provoqué un ou deux moments embarrassants, Lucien est convoqué au bureau de son patron pour apprendre le nouveau projet de ce dernier. Sylvain Linguine, costumé en Garfield, songe à agrandir sa bouquinerie. Grand visionnaire autoproclamé, il déclare à Lucien sans sourciller :  « Les chars usagés c’est fini, l’avenir est dans le livre de seconde main. » Par conséquent, il compte sur Lucien pour former un assistant. Le ménage entre le maitre et l’apprenti libraire, Daniel, sera difficile, compte tenu des aptitudes sociales limitées de Lucien.

Cette BD n’est peut-être pas à mettre entre toutes les mains. Il faut être ouvert à un style « trash » qui évolue hors des sentiers battus et qui renferme une foule de gags qui volent au ras des pâquerettes. Êtes-vous prêt à entrer dans l’univers de Samuel Cantin, auteur du tout aussi absurde Phobie des moments seuls ? Ce qui aurait pu être un fiasco est à mon avis une des meilleures BD québécoises pour 2013. Des dialogues efficaces, des réparties hilarantes et une galerie de personnages colorés : voilà autant d’éléments qui font de Vil et Misérable un excellent moment de lecture. Outre Lucien Vil, deux protagonistes valent le déplacement : Sylvain Linguine, le patron à la vision de la réalité complètement à côté de la « track », et Stéphano, le psy lubrique de Lucien, qui trouve un grand plaisir à humilier son patient. Le sommet de la folie est justement atteint lors d’une visite du psy sur le lieu de travail de Lucien, scène d’anthologie dont je vous tais le punch. En fait, il n’y a que Daniel, l’assistant-libraire qui semble normal dans ce monde. Bref, c’est une BD à lire, pour public averti, mais si vous acceptez cette farce digne d’un opéra-bouffe, je vous promets que vous vous régalerez.

8,5/10

Vil et misérable

Auteur: Samuel Cantin

Éditeur: Pow Wow 2013

Advertisements