battlingboycoverpar Mathieu T

La première fois que j’ai côtoyé l’univers de Paul Pope, c’était il y a quelques années en lisant Batman : Year 100 (prix Will Eisner 2007 pour la meilleure courte série), une histoire tordue de Batman du futur aux dents pointues. Outre cette déconstruction du mythique surperhéros, c’est le trait de Pope qui m’avait impressionné à l’époque ; un dessin nerveux, biscornu, générant une impression de dynamisme fou à chaque case. D’une certaine manière, on n’était pas si loin de Franquin.

Voilà que le bonhomme en remet avec Battling Boy et attachez vos tuques. Un dieu de la guerre, genre Thor, envoie son jeune fils de 12 ans en initiation à Arcopolis, une ville infestée de monstres des ténèbres qui ravagent la cité et capturent les enfants. Il ne doit pas réapparaître devant son père tant qu’il n’a pas libéré tout le monde du joug de ces horreurs sur deux pattes (ou plus). Pour l’aider, son père lui a laissé une carte de crédit illimitée et des t-shirts magiques. Hé oui.

Le pire, c’est que ça marche à fond la caisse et le lecteur embarque rapidement dans ce récit complètement déjanté mais très bien scénarisé. Moi-même, j’ai ri et crié « Attention !» quand les bons se faisaient piéger. Malgré la surabondance de scènes d’action, les personnages sont très attachants et peu à peu se révèle la quête initiatique du Battling Boy, un jeune pré-adolescent qui ne veut pas décevoir son père mais qui doit aussi découvrir sa propre personnalité. Rien n’est laissé au hasard dans cette mêlée générale dramatique.

Comme pour Batman, le dessin est hallucinant. Précis et imparfait, toujours avec ce sentiment d’urgence comme si chaque ligne était en rivalité avec la suivante. Les monstres sont laids à souhait, les gentils pas trop beaux non plus, seul le Battling Boy s’en tire avec sa tête de Petit Prince trash. Les cases sont complexes, obligeant nos yeux à se projeter dans tous les sens jusqu’à épuisement. Mais notre cerveau nous en redemande.

bb2

Pope a mentionné que Jack Kirby (Hulk, Captain America) était l’une de ses influences mais aussi Hugo Pratt (Corto Maltese) et Hergé (Tintin). Mélanger les trois styles et ça vous donne cette superbe bédé d’artiste.

8,5/10

Battling Boy Tome 1

Auteur : Paul Pope

Éditeur : First Second 2013 (aussi en édition française chez Dargaud)

Advertisements