Mots-clés

, , , , , ,

UnknownPar Danyrou

Fabien a la chance de vivre tous les jours parmi les plus grandes œuvres d’art de l’histoire, au cœur d’un des plus grands musées du monde. Il travaille comme agent de surveillance et d’accueil au Louvre. Dans la vie de Fabien, tous semblent bien aller. Il adore son métier, il est bien payé et, surtout, il est en amour avec Mathilde, une jeune femme vive et pétillante.

Fabien a la chance de vivre tous les jours parmi les plus grandes œuvres d’art de l’histoire, au cœur d’un des plus grands musées du monde. Il travaille comme agent de surveillance et d’accueil au Louvre. Dans la vie de Fabien, tous semblent bien aller. Il adore son métier, il est bien payé et, surtout, il est en amour avec Mathilde, une jeune femme vive et pétillante.

 Tout se complique le jour ou Mathilde présente son amoureux à sa famille qui vit dans une petite commune du Maine-et-Loire. Notre gardien de musée banlieusard se retrouve alors hors de sa zone de confort. Les deux frères et le père de Mathilde, de petits entrepreneurs locaux qui exploitent un magasin de meubles, sont de magnifiques stéréotypes de « beaufs » un peu lourds. Pragmatiques, besogneux et bons vivants, les Bénion ne s’intéressent pas à l’art et se moquent un peu du travail de Fabien en y allant de bonnes grosses blagues salaces, entrecoupées de rires gras et de tapes dans le dos.

images

Cependant, durant la visite du commerce familial le sérieux revient. Les Bénion profitent de la présence d’un « expert » en art pour montrer à Fabien un tableau peint par un arrière-arrière grand-père. L’œuvre est sans conteste le travail d’un amateur plutôt malhabile et représente un chien qui louche. Les Bénion demandent à Fabien ce qu’il pense du travail de l’ancêtre et si ce tableau, découvert dans une vielle malle, pourrait faire partie de la collection du Louvre. Fabien est bien embêté et s’engage vaguement à vérifier ce qu’il peut faire. Il ne veut surtout pas offusquer sa nouvelle belle-famille. Cependant, les Bénion sont tenaces et ne se gênent pas pour relancer Fabien quelques semaines plus tard sur son lieu de travail pour qu’il fasse avancer le dossier. Fabien patine de plus en plus et ne sait plus comment se sortir de cette histoire de fou.

3513299_6_5351_image-tiree-du-chien-qui-louche_eba1fa046cdf361340586594a806c72b

Après son génial Les Ignorants (Futuropolis, 2011), Étienne Davodeau sort des vignes de Richard Leroy — vigneron vedette de sa bédé dont il a vendu plus de 150 000 exemplaires — et s’installe au Louvre avec Le Chien qui louche. L’auteur nous offre ici une comédie rafraichissante, parfaite pour le camping ou le chalet.

J’ai adoré ce voyage au cœur du Louvre et particulièrement apprécié de découvrir le musée à travers les yeux d’un surveillant. Pour réaliser cet album, Davodeau a eu un accès total aux lieux pour une période de deux ans et il en a profité pour interviewer et accompagner une vingtaine de gardiens. Je me suis régalé des nombreuses anecdotes authentiques que l’auteur révèle par l’entremise de Fabien et de ses collègues. Ainsi, les collègues s’amusent à deviner combien de minutes s’écouleront entre l’ouverture du musée et le moment où un premier visiteur leur demande où se trouve la Joconde…

Même si les Bénion étaient les dernières personnes chez qui l’on consentirait à partager un barbecue, Davodeau arrive tout de même à rendre sympathiques ces petits commerçants provinciaux et conservateurs.

On ne sent jamais de condescendance dans sa façon de les dépeindre, malgré leurs manières rustres et un peu trop décomplexées. En fait, la présence des Bénion est capitale dans ce récit qui est un peu une discussion sur l’art, car ils soulèvent des questions auxquelles il est impossible de répondre. Qu’est-ce qui est digne d’être accroché aux cimaises du Louvre et qu’est-ce qui doit être considéré comme une vulgaire croûte sans intérêt, réalisée par un peintre du dimanche? Qui a le pouvoir de déterminer ce qui est beau et ce qui ne l’est pas? Ces questions sur la création ont été de nombreuses fois posées, mais elles sont toujours aussi légitimes et pertinentes. Davodeau, par la voie de l’humour, nous les adresse une nouvelle fois et nous adorons cela.

8/10

Le chien qui louche

Auteur : Étienne Davodeau

Co-édition : Futuropolis et Louvre édition (2013)

Advertisements