Mots-clés

, , ,

9782203060913_cbpar Mathieu T

Hong Kong. Aujourd’hui. Une jeune femme seule met au monde des jumelles. L’une d’entre elle possède des yeux tous blancs. Jade sera aveugle pour le restant de ses jours.

Après un album fort réussi en 2011 (Ça ne coûte rien chez Casterman), Saulne revient parcourir les rues asiatiques du « port parfumé ». L’auteur, un shangaïen d’adoption, grand amoureux de l’Orient, maîtrise parfaitement son sujet. Pas de chinoiseries dans son dessin noir et blanc (disons gris), mais des nuances toutes subtiles qui permettent aux images de respirer tout en les décorant de moults détails précis. Saulne a su saisir le curieux mélange de modernité et d’antiquité qui enrobe les grandes villes asiatiques. D’ailleurs ses personnages sont physiquement au confluent de la tradition européenne de la bédé et des mangas de Taniguchi. Un heureux amalgame.

Là où Saulne aurait pu nous nous pondre une histoire classique de petite handicapée à la recherche d’amour et de reconnaissance, il a créé une Jade frondeuse, baveuse, à la personnalité complexe et même violente grâce à la complicité de sa sœur Sophie et de Philippe, l’ami français de la maman. Un jour, elle reçoit un appareil photo et s’aperçoit qu’elle peut voir son environnement si elle colle son œil directement sur l’écran de l’appareil. Dire qu’un monde nouveau apparaît devant elle est un euphémisme !

6759294-10332519

Accompagné de ses autres sens très développés, comme c’est souvent le cas chez les personnes handicapées, Jade utilisera son appareil photo comme mode d’appréhension du réel. Saulne nous fera naviguer entre la fable philosophique aristotélicienne (y a t-il une réalité plus vraie que celle que je vois avec mes yeux ?) et le combat de tous les jours d’une aveugle à l’âme anticonformiste.

Le lecteur s’attache grandement au quatuor qui forme le nœud de l’intrigue parce que ces personnages sont pleinement humains : Jade, bien sûr, même si elle est régulièrement insupportable; la soeur, douce et compréhensive, qui possède ses propres aspirations; la maman, parfois si proche et parfois si loin de ses filles; et Philippe, le mentor et le remplaçant du père.

J’aurais aimé vous écrire que Saulne avait pondu un sans faute mais ce n’en est pas le cas. La finale, incompréhensible, vient rompre le long et lent rythme de l’histoire comme si l’auteur, sachant la fin de son histoire proche, avait précipité son propos dans un tourbillon politico-militaire sans aucun sens. De grâce, épargnez-vous ces dernières pages, tache horrible dans une œuvre magique.

8,5/10

L’effet Durian

Auteur : Saulne

Éditeur : Casterman (2014)

201 pages

Advertisements