Mots-clés

, , , , ,

Par Dany Rousseau

31 jours de tournage (La Pastèque)

La Pastèque (2015)

La Pastèque (2015)

Le grand jour est maintenant arrivé. Dans un peu plus de 24 heures, tout le milieu bédéesque québécois se précipitera dans les cinémas pour assister à l’adaptation en chair et en os de la bédé Paul à Québec, réalisée par François Bouvier. Le passage du 9e au 7e art est une première au Québec et les attentes sont grandes. La créature de Michel Rabagliati étant devenu un monstre sacré pour la BDQ et connaissant l’exigence des bédéphiles, le suspens est à son comble. Évidemment, j’exagère un peu les enjeux, mais il est intéressant de souligner que dans la foulée de cet évènement, les éditions La Pastèque ont eu la bonne idée de confier à Cyril Doisneau, auteur de 184 rue Beaubien et Le Havre-New York, la réalisation d’une bédé mi-reportage, mi-journal de bord, sur le tournage de Paul à Québec.

 L’exercice se rapprochant de ce que Mathieu Sapin avait fait pour le film de Joann Sfar : Gainsbourg, vie héroïque, Doisneau fut présent durant les trente et un jours de tournage et nous en livre l’ambiance des coulisses. Avec beaucoup d’humour, il partage ses impressions et ses émotions tout au long de l’aventure. En s’incrustant dans les réunions de production, dans l’équipe de tournage ou dans les loges des acteurs, Doisneau rapporte la vie quotidienne d’un plateau, milieu obscur pour la moyenne des ours. L’auteur explique ainsi le travail de tous ces artisans dont les noms défilent normalement sous nos yeux distraits lors du déroulement du générique; les deuxièmes assistants de production n’auront plus aucun secret pour vous. En prime, vous apprendrez que le café de l’équipe de tournage goutait le jus de chaussette et vous saurez qui de François Létourneau, l’interprète de Paul, ou de Rabagliati, dessine le héros pour le besoin de la caméra.

 31 jours de tournage n’est pas un prérequis pour voir le film, mais se lit avec plaisir et curiosité.

Advertisements