Mots-clés

, , , , , , , ,

Par Dany Rousseau:

vignette-penelope-bagieu-res

Gallimard (2015) Bagieu

Née dans une famille juive de Baltimore en 1941, Cass est la fille chérie d’un papa amateur d’opéra et d’une maman ex-chanteuse de jazz. Drôle, ronde, excentrique, séductrice, possédant un talent vocal exceptionnel, Cass prend sa place et défonce des portes afin d’atteindre son but ultime : devenir une vedette. Abandonnant ses études pour ses rêves de comédies musicales, elle fait son baluchon et quitte Baltimore pour New York. Cass deviendra ainsi la chanteuse d’un groupe folk, malgré son profond mépris pour ce genre qui inonde les scènes de la grosse pomme à l’époque.

images

Gallimard (2015) Bagieu

 

Choriste du groupe Mugwumps, sa carrière piétine rapidement. En excluant la défonce à la mari et au LSD, le groupe ne va nulle part. Heureusement, Dennys Dohertys, le chanteur des Mugwumps, sera recruté un jour par John Philips et sa femme Michelle pour former le groupe The Journeymen. Cass, amoureuse de Dennys, se collera au trio au grand déplaisir de John incapable de la blairer. Cependant, grâce à sa voix si particulière qui ajoute incontestablement quelque chose aux compositions de l’intransigeant musicien, Philips n’aura pas le choix de la tolérer. Il faudra finalement l’oreille avertie d’un producteur pour que Cass soit imposée au trio qui deviendra dès lors un quatuor. Le nouveau groupe s’appellera The Mamas and the Papas et enregistrera son grand succès California dreamin’.

 

images-2

Gallimard (2015) Bagieu

Si la biographie de cette artiste atypique est écrite par Bagieu de façon chronologique et relativement conventionnelle, l’auteure choisit judicieusement de raconter la vie de son personnage principal par le biais de gens ayant connu Cass. Que ce soit à travers le regard de sa sœur Leah qui raconte le début des troubles alimentaires de Cass ou par les propos de son ami Jim qu’elle épouse pour lui éviter le Vietnam, on découvre à chaque chapitre des aspects spécifiques de la personnalité complexe de la chanteuse. Ne faisant aucune concession sur ce qu’elle est, sur ce qu’elle pense ou sur son apparence physique, Pénélope Bagieu rend Cass vraie et attachante. Même si elle fut snobée et méprisée par John Philipps, on se souvient en 2016 de The Mamas and the Papas non pas à cause des chapeaux ridicules de ce dernier, mais bien grâce à la personnalité solaire de Cass qui transformait une ritournelle insignifiante en véritable bijou faisant partie de la trame sonore d’une époque.

Réalisé au tout bête crayon de plomb HB, le dessin noir et blanc de Bagieu gagne en authenticité. Comme l’auteure l’affirme dans une entrevue, si la réalisation d’une bédé sur ordinateur permet toujours de rattraper une erreur, elle a grandement apprécié marcher sur la corde raide, seule avec sa feuille de papier et son crayon. Pour notre grand plaisir, cette technique primaire nous permet d’apprécier tout le talent brut de l’auteure.

images-4

8.5/10

California Dreamin’

Auteur: Pénélope Bagieu

Gallimard (2015)

272 pages

 

Advertisements