Mots-clés

, , , , , , , , ,

Par Dany Rousseau :

mystere-du-monde-quantique-le

Dargaud (2016) Damour/Burniat

Je garde un aussi bon souvenir de mes cours de sciences au secondaire qu’un ex-dissident soviétique doit en garder des sous-sols de la Loubianka. Toutefois, avec la sagesse de l’âge adulte, depuis de nombreuses années mon attention est toujours accrochée lorsque je tombe par hasard sur un documentaire ou un article portant sur la physique traditionnelle ou quantique. Je fus donc emballé lorsque j’ai découvert Le Mystère du monde quantique (Dargaud) du bédéiste Mathieu Burniat et du physicien théoricien Thibeault Damour. Alors que je m’attendais à de la vulgarisation scientifique prête à consommer à la sauce « National Geographic », j’ai découvert assez vite que cette bédé exigeante nous proposait plutôt un enchainement d’exposés de physique théorique arides et plus complexes que prévus.

 Le tout débute portant légèrement. Le journaliste vedette Bob et son chien Rick sont célèbres dans le monde entier pour leurs nombreuses aventures. Alors qu’ils sont sur la lune afin d’éclaircir un nouveau mystère, Bob assiste à la mort tragique de son fidèle ami qui suffoque lorsque son casque d’astronaute éclate à la suite du choc d’une météorite. Plus tard, Bob dépressif qui a fait empailler son chien et l’a déposé sur le manteau de la cheminée, plonge dans une apathie chronique qui lui fait sans relâche feuilleter les albums de ses aventures qu’il a partagées avec Rick. Bob s’encroute dans un quotidien morne, jusqu’au jour où Rick n’en pouvant plus de voir son copain dans cet état l’interpelle du haut de sa tablette et le met sur la piste d’une nouvelle enquête ayant pour but d’éclairer les mystères du monde quantique.

m9XhLZclCwoKUYgdFOU3H1BCVhbD8N0k-page7-1200

Dargaud (2016) Damour/Burniat

Ces premières pages donnent le ton à cette bédé enrobée d’un emballage humoristique et déjanté afin de nous faire avaler un contenu dense et abstrait. Nous ne serons donc pas surpris de voir Bob projeté dans un monde onirique après avoir été avalé par le fauteuil sur lequel il est assis. Un peu comme dans Alice au pays des merveilles, Bob rencontrera au fil de sa quête, dans un monde étrange, les principaux théoriciens de la physique quantique. Max Planques, Albert Einstein, De Broglie, Verner Heisenberg, Erwin Schrödinger, Max Born pour ne nommer que ceux-là, feront tous des pieds et des mains afin de faire saisir leurs théorèmes complexes à un Bob souvent pantois. Heureusement le héros semble la plupart du temps aussi perdu que nous avec ces formules mathématiques indigestes, ces oscillations d’énergie et/ou de matière, ces atomes instables et la constante H.

mmq1.jpg

Dargaud (2016) Damour/Burniat 

Même si les auteurs donnent à leur bédé une vocation de vulgarisation, les informations transmises par le professeur Damour sont des concepts flous pour qui comme moi marche à tâtons dans cet univers de physique théorique pure et dure. J’ai lu plusieurs pages de cette bédé alors que j’étais dans un noir total, sans savoir vraiment de quoi l’on me parlait. Si tout au long de ma lecture j’avais pu trouver 1001 raisons pour larguer cet album qui me faisait sérieusement douter de mes capacités cognitives, Bob et Rick sauvent la mise. Les personnages et le dessin de Mathieu Burniat sont une béquille essentielle pour sortir indemne de ces 132 pages de concepts difficilement perméables. Voilà tout le talent du bédéiste. Les nombreux clins d’œil de Burniat à Tintin m’ont particulièrement réjoui. Un peu de familiarité dans ce monde étrange fait du bien. La houppette de Bob, la physionomie de Rick évoquant subtilement Milou sont autant d’aspects qui nous font sentir moins con. On se dit : « Ouais, je ne comprends pas tout, mais MOI, j’ai remarqué que l’appartement de Bob ressemble à l’appartement de Tintin dans l’Étoile mystérieuse. »

mmq4.jpg

Dargaud (2016) Damour/Burniat

Même si je blague à moitié, Le Mystère du monde quantique possède de nombreuses qualités qui valent la peine de s’y frotter. J’ai aimé les multiples défis que pose ce livre. Les auteurs au lieu de nous faire fuir avec un contenu rébarbatif, nous donnent plutôt le gout de nous botter l’arrière-train et de s’astreindre à un effort intellectuel stimulant qui fait appel non seulement à notre raisonnement, mais aussi à notre imagination et notre capacité d’abstraction. Si nous ne devons tirer qu’une seule conclusion de cette bédé est que la physique quantique est le moment où la science rencontre l’art. Et là est tout l’intérêt.

8/10

Le Mystère du monde quantique

Auteurs : Thibeault Damour (scénario) Mathieu Burniat (dessins)

Éditeur : Dargaud (2016)

160 pages

 

 

 

Advertisements