Mots-clés

,

j04couv

source : La jeunesse de Thorgal tome 4, éd. Le Lombard, 2016.

par Mathieu T

Vous le savez probablement, je suis un grand fan de la série Thorgal. Évidemment, comme bien des lecteurs, je considère que la première période Rosinski est la meilleure, mais l’idée d’épaissir la sauce avec des séries parallèles, comme Kriss de Valnor et Louve, est excellente et permet à la fois de se pencher sur des personnages secondaires et de rafistoler des bouts d’histoire qui manquaient de cohérence. Aujourd’hui, je vous parle d’un album de la Jeunesse de Thorgal.

Ici, suite et fin du récit qui avait débuté dans Runa. Thorgal et son rival Sigurd sont à la poursuite d’une troupe de berserkers qui ont capturé Aaricia et volé la couronne que convoite Gandalf-le-fou. Menés par Moldi-le-furieux, ces mi-hommes mi-bêtes sèment la terreur sur leur chemin.

Le problème avec ces longues séries (qui dépassent la quarantaine de titres) est que la qualité n’est pas toujours au rendez-vous. Il y a les grands albums phare (Les Archers), les bons albums (Le maître des montagnes), les mauvais albums (La couronne d’Ogotaï) et ceux qui remplissent, ni emballants ni exécrables. Berserkers fait partie de ceux-ci.

Alors que Runa démarrait sur les chapeaux de roue et était remplit de détours scénaristiques surprenants, Berserkers ronronne doucement vers sa fin avec une histoire molle et légèrement ennuyeuse. La bédé se lit sans effort mais sans réelle satisfaction non plus, comme un déjeuner vite avalé.

Le dessin de Surzhenko, coloré et vivant, est toujours aussi superbe et nous rappelle justement le Rosinski de la première heure. Chaque personnage est bien caractérisé, mais ils leur manquent du jus.

Une bonne patate bouillie.

6/10

La jeunesse de Thorgal tome 4 * Berserkers

Auteurs : Yann (scénario) Roman Surzhenko (dessins)

Éditeur : Le Lombard (2016)

48 pages

Couv_280509

source : Les trois grognards tome 1, éd. Casterman, 2016.

L’un de mes professeurs de maîtrise répétait toujours le même slogan : « tout est une question de contexte », surtout pour évaluer une situation problématique. C’est le cas pour cette bédé. Au départ, peu original, le sujet s’est imposé à moi à cause du contexte. Le récit de soldats anti-conformistes ? Bof. Ils oeuvrent dans la grande armée napoléonienne ? Ah. Ils font partie des grognards, cette vieille garde fidèle à l’Empereur ? Yahou, j’embarque.

L’histoire tourne autour d’Honoré Dimanche, un ancien officier condamné pour avoir participé à la révolte de Saint-Domingue auprès de Toussaint Louverture. Un jour, un étrange personnage lui offre un curieux marché et Honoré accepte de réintégrer l’armée française en échange de certaines missions. De ce point de départ, le lecteurs croisera des grognards fourbes, des complots sournois, des vols mesquins, des combats sans merci, des duels à l’épée, des évasions impossibles, de la romance à deux sous. Et vous aurez comme moi un faible pour les deux autres héros grognards : Félicien, le maigrelet naïf mais excellent bretteur et Kemeneur, le géant aux poings titanesques.

Le trait de Salsedo est parfait pour cette histoire qui tient davantage de Dumas et ses mousquetaires que des vieux bouquins de stratégie militaire. Comique sans être exagéré, précis à certains moments et irréel à d’autres, le lecteur achète cette sérieuse bouffonnerie (ne manquez surtout pas les blagues d’arrière-plan).

Du bon temps, de la camaraderie et une franche rigolade sur fond de complot anti-Bonaparte.

8/10

Les trois grognards tome 1 * L’armée de la lune

Auteurs : Régis Hautière (scénario) Fred Salsedo

Éditeur : Casterman (2016)

54 pages plus extras

 

Advertisements