Mots-clés

, , , , ,

par Pedro Tambièn

couve_en_descendant_le_fleuve_tel

source : En descendant le fleuve et autres histoires, éd. Futuropolis, 2015.

L’Italien Gipi (auteur de Bons baisers de la province que Dany avait déjà commenté) a publié chez Futuropolis un recueil de nouvelles graphiques dépaysantes intitulé En descendant le fleuve. Certaines ont déjà été publiées dans des revues italiennes, d’autres ressemblent plutôt à des ébauches sorties de son carnet à croquis. (Pour relire la critique de Mathieu T sur le même livre, aller ici).

À la lecture de ses courtes histoires plus fignolées, on ne peut que s’incliner devant le maître. Il y a du génie derrière ces aquarelles illustrant tantôt l’aventure estivale de deux amis tentant de rejoindre la mer avec un canot, tantôt la mésaventure romantique d’un homme en route vers Venise ou encore le drame des migrants originaires de l’Afrique subsaharienne et qui se font maltraiter par les autorités marocaines.

EDLF1

source : En descendant le fleuve et autres histoires, éd. Futuropolis, 2015.

 

Par contre, le résultat de ses autres nouvelles encore à l’état d’ébauche est mi-figue mi-raisin : certaines sont fort réussies et pleines de poésie (Le Boxeur, ou encore Les deux champignons, sur un jeune homme qui rend visite au père de son meilleur ami qui est décédé récemment), d’autres sont soit trop courtes pour que leur mystère nous tienne en haleine, soit pas assez élaborées pour qu’on daigne s’y attacher. Vous l’aurez compris, ce recueil est malheureusement inégal.

6,5/10

En descendant le fleuve et autres histoires

Auteur : Gipi

Éditeur : Futuropolis (2015)

160 pages, les deux tiers en noir et blanc, un tiers en couleurs

maquette couv TAMARINIER CS4 marges.indd

source : Sous le tamarinier de Betioky, éd. La boite à bulles, 2015.

Sous le tamarinier de Betioky n’est pas un recueil de courtes histoires, mais la biographie de Jean Piso, célèbre accordéoniste du Madagascar, a une trame narrative assez décousue pour y ressembler. Cela en fait sa force, étant donné que le narrateur de l’ouvrage est Piso lui-même à l’époque où il est enfant. Dans ce cas-ci, quoi de plus normal que l’histoire passe du coq à l’âne et qu’il n’y ait pas de frontière définie entre les cases des pages de l’ouvrage ?

La créatrice de cette bande dessinée, Geneviève Marot, désirait au départ de sa démarche créative réaliser un ouvrage sur le Ny Malagasy Orchestra (l’équivalent malgache du Buena Vista Social Club), mais elle préfèrera s’intéresser à Piso. Elle s’immisce subtilement dans son oeuvre, en parlant à Piso-l’enfant puis à Piso-le-vieux. Vu l’humour et l’amour avec lesquels elle illustre la vie de l’accordéoniste et les coutumes du Madagascar, on ne peut qu’apprécier sa méthode. D’autant plus que son style de dessin, superbe, s’approche de l’Américain Craig Thompson (le Will Eisner du 21ème siècle), et que les couleurs qu’elle utilise reflètent à merveille la chaleur de ce pays.

SLTDB1

source : Sous le tamarinier de Betioky, éd. La boite à bulles, 2015.

Petit conseil de mélomane : n’hésitez pas à écouter des chansons de Jean Piso durant votre lecture.

8,5/10

Sous le Tamarinier de Betioky

Auteur : Geneviève Marot

Éditeur : La boîte à bulles (2015)

128 pages de superbes aquarelles

Advertisements