Mots-clés

, , , , , ,

2005761-gf

source : Azadah, éd. La Pastèque, 2016.

par Mathieu T

Il faut le reconnaître avec plaisir, la littérature jeunesse québécoise a explosé depuis une dizaine d’années. Il est possible de trouver maintenant un livre pour tous les âges ou tous les sujets. À l’époque, je me souviens que ma bonne bibliothèque Monique-Corriveau possédait deux rayons jeunesse dont la moitié étaient des livres de Roald Dahl traduits en français. Cette belle diversité est un bonheur pour les jeunes lecteurs et en voici deux excellents exemples.

Après un très bel Arbragan, Jacques Goldstyn poursuit son œuvre poético-nostalgique avec Azadah également publié à La Pastèque. Tout comme dans son prédécesseur, l’enfance est confronté au mon réel des adultes.

Azadah est une petite fille qui habite un village musulman anonyme. Un jour, elle apprend que son amie Anja, une photographe mandatée par l’ONU, doit partir. In extremis, elle la rejoint et la supplie de l’amener avec elle. Mais Anja ne peut pas. Toutefois, au moment de grimper dans son taxi, elle laisse à Azadah son sac à dos remplit d’équipement. Une belle preuve d’amitié et une porte de sortie…

La force des récits de Goldstyn, aussi courts soient-ils, est qu’ils comportent à la fois une folie un peu surréelle typique de l’imaginaire des enfants et un regard sévère et doux sur notre monde en ébullition. Dans Azadah, son plaidoyer pour la liberté est fort et vibrant.

Ajoutons à cette histoire un magnifique trait noir encre de Chine, de vives couleurs aquarelles et la capacité à créer des mondes avec des bouts d’image et vous avez un album réussi.

Touchant.

8,5/10

Azadah

Auteur : Jacques Goldstyn

Éditeur : La Pastèque (2016)

56 pages

photo_2402_9238035

source : Mission Katy Cosmik, éd. Québec Amérique, 2016.

J’avoue que j’avais eu le bégin pour Miam Miam fléau, une histoire de bouffe complètement déjantée. Dans Mission Katy Cosmik, titre que j’adore, le dessinateur s’associe à la blogueuse-comédienne Venise pour pondre une autre folie, mais dans l’espace cette fois-ci.

Prochaine étape de l’exploration de la galaxie : Mars. Une équipe de savants menée par le professeur Bornéo, un singe génial, décide d’envoyer une sonde pour vérifier la présence de vie sur la planète rouge. Mais tout ne se passe pas comme prévu et Katy Cosmik, la sonde-robot, prend son aise…

Dès la première double page, une chouette base de lancement rétro-futuriste, le lecteur sent Marsi en bonne forme. Son trait est fougueux et l’utilisation de larges cases est épatante ; le lecteur est totalement immergé. J’ai de plus bien aimé les nombreuses pages sans parole et les multiples petits clins d’œil qui feront sourire les parents.

Le scénario est simple certes, mais bondit, saute et virevolte et Katy Cosmik est véritablement une digne représentante robotique de Fifi Brindacier. Un bon album pour les jeunes du primaire qui veulent s’attaquer à la bédé.

Trépignant.

8/10

Mission Katy Cosmik

Auteurs : Venise (scénario) Marsi (dessins)

Éditeur : Québec Amérique (2016)

62 pages

Advertisements