Mots-clés

, , , , , , ,

Par Dany Rousseau :

1481302739746

La Pastèque (2016) Britt/Arsenault

J’ai beaucoup entendu parler de Jane, le Renard et moi (La Pastèque) publié en 2013, mais je ne l’ai malheureusement jamais lu. Honte à moi. Oeuvre de la dramaturge Fanny Britt et de l’illustratrice Isabelle Arsenault, cette bédé rencontra un franc succès en étant traduite en plusieurs langues, en remportant de nombreux de prix internationaux et en paraissant sur le palmarès des meilleurs livres illustrés 2013 du New York Time. Il va sans dire qu’après tous ces honneurs, la nouvelle collaboration Britt-Arsenault était attendue avec impatience. En novembre, paraissait donc enfin Louis parmi les spectres (La Pastèque) qui raconte l’histoire de Louis, un petit garçon de onze ans qui vit différents bouleversements familiaux.

Louis nous raconte sans filtre sur un ton naïf et enfantin ses états d’esprit et son univers pas toujours facile. Ses parents s’étant récemment séparés, le gamin nous parle de son entourage : son père alcoolique profondément blessé qui aime ses enfants et sa femme, mais qui pleure lorsqu’il est saoul, sa mère qui a peur de tout et qui est dévorée par un trouble d’anxiété généralisé, son petit frère Truffe qui adore la musique « soul » américaine, son meilleur ami Boris avec qui il passe des heures assis sur le balcon du cinq et demi que sa mère vient de louer, au troisième étage d’un triplex à hauteur du boulevard Métropolitain. Boris et Louis ne se lassent pas de chercher les voitures de police banalisées qui roulent anonymement dans la circulation dense de l’artère montréalaise.

Petit garçon sensible, Louis vit avec les spectres d’un passé familial idéalisé. Il est aussi fou amoureux de Billie, une fille de sa classe discrète et lectrice boulimique qui n’hésite pas à faire face aux niaiseux de la classe qui tapent sur les petits. Les vacances estivales arrivant à grands pas Louis est inquiet. Il se demande s’il aura le courage d’aller parler à Billie avant la dernière journée d’école. Saura-t-il comment faire et quoi dire pour aborder la belle qui remonte toujours ses lunettes sur son nez, geste qui fait craquer Louis?

Louis parmi les spectres est une bédé lumineuse sur la sensibilité des garçons et les préjugés genrés. En tentant de découvrir le véritable courage, Louis constatera que celui-ci n’a rien à voir avec le courage de Batman. Le courage est quelque chose de plus grand, loin des actes de virilités exacerbés.

Ce bel album est un bijou qui fait du bien malgré les moments sombres du récit. La plume ciselée de Fanny Britt, l’une de nos plus importantes auteures contemporaines, nous bouleverse à chaque page par son ton et ses phrases sensibles et touchantes. Comment oublier ce qu’elle écrit lorsque le père de Louis entre dans un centre de désintoxication et jette un dernier regard à ses enfants : « Ce qui se passe dans ses yeux à ce moment-là, quelque chose comme un tremblement ou une noyade, je crois qu’il faudrait que je devienne comme lui et que je boive beaucoup de bouteilles de vin pour arriver à l’oublier. » (page 132.)

Cette écriture sublime nous transporte doucement et nous immerge dans la vie de l’enfant auquel on s’attache dès la première page. De plus, les illustrations d’Arsenault épousent parfaitement le ton et l’écriture de Britt. Le crayonné et le dessin naïf permettent de nous plonger dans le petit univers de Louis. Cette danse harmonieuse entre les dessins et le récit confère une couleur unique et sensible à l’album. Un deuxième essai concluant pour les deux femmes.

9/10

Louis parmi les spectres

Auteurs : Fanny Britt (scénario) Isabelle Arsenault (dessins)

Éditeur : La Pastèque (2016)

160 pages

Advertisements