Mots-clés

, , , , ,

Par Dany Rousseau :

a65570

Gallimard Bande Dessinée (2016) Wnshluss

Winshluss est un créateur se tenant hors des sentiers battus que j’aime bien. Je garde toujours précieusement dans ma bédéthèque son album Pinocchio (Les requins marteaux), primé au Festival d’Angoulême en 2009 et qui fait une relecture trash du conte populaire. De plus, j’avais aussi critiqué pour vous chers lecteurs son In God we trust (toujours aux Requins marteaux) que j’avais grandement apprécié à l’époque. Ne reculant devant aucun tabou, l’impertinent Winshluss m’avait habitué depuis longtemps à un humour à la fois au ras des pâquerettes, mais aussi à un regard incisif sur notre société. Imaginez donc ma surprise lorsque j’appris que l’auteur préparait un album pour un public jeunesse. Je dois avouer que j’ai été quelque peu inquiet. Toutes sortes d’images tirées de ses travaux précédents sont remontées à ma mémoire, me faisaient, à ma grande honte, involontairement esquisser un sourire coupable plutôt que de provoquer un malaise.

C’est ainsi que je me suis lancé avec curiosité dans la lecture de Dans la forêt sombre et mystérieuse (Gallimard). Avec ce titre volontairement cliché et autodérisoire, Winshluss nous raconte les aventures hors du commun d’Angelo, un petit garçon d’une dizaine d’années. Coincé entre un grand frère complètement débile et une petite sœur encore bébé, Angelo cherche sa place dans cette famille nucléaire classique. Tout se déroule à peu près normalement jusqu’au jour où le téléphone sonne et que la maman d’Angelo apprend que mémé est mourante. Dès lors, c’est la commotion dans la famille. À travers les souvenirs du gamin, nous découvrons une mémé drôle, un brin délinquante, très aimante et adorée par ses petits enfants. Angelo y est si attaché qu’il se demande avec angoisse à quoi ressemblerait le monde sans elle.

À la suite de la nouvelle, toute la famille s’engouffre dans la voiture pour aller à la campagne veiller les dernières heures de la matriarche. Sur la route, alors que l’on fait un arrêt dans une aire de repos, Angelo, passionné par la nature, va flâner un peu plus loin pour essayer d’attraper un lézard. Chaque membre du clan étant absorbé, personne ne remarque l’absence d’Angelo lorsque vient le temps de repartir. C’est ainsi qu’Angelo verra s’éloigner la voiture familiale alors qu’il revient de son escapade. Après avoir perdu le véhicule de vue, il tente de se convaincre qu’ils reviendront d’ici quelques minutes en remarquant son absence, mais le temps s’étire et personne ne revient.

Angelo n’aura d’autres options que de s’engouffrer dans la forêt en bordure de l’autoroute en espérant retrouver les siens. À partir de ce point, nous sentons que nous pénétrons pleinement dans l’univers winshlussien. Même si tout semble au-dessus de tout soupçon, lecteur jeunesse oblige, nous remarquons que l’auteur se fait un devoir de conserver son humour grinçant.

Dans ce lieu qui s’avère plus étrange que prévu, Angelo fera des rencontres loufoques qui s’enchaineront l’une après l’autre. Il fera la connaissance d’un écureuil transe qui se sent oiseau dans un corps de rongeur, un singe charlatan qui vend des potions miracles ou un crapaud fumant le cigare. Les situations tout aussi surréalistes sont amusantes et menées de façon débridée. Cette bédé agréable est un voyage dans une histoire fantastique, où les enfants possédant un imaginaire bien étoffé trouveront matière à s’éclater avec les péripéties imaginées par l’esprit éclaté de Winshluss. Même s’il épure son dessin, l’auteur conserve sa marque graphique un peu chargée et un peu sale (dans le bon sens du terme). Je fus étonné par la sensibilité du scénario. Nous sentons chez Angelo un véritable amour et une grande peine devant la mort imminente de sa grand-mère. Sans tomber dans le pathos et le bon sentiment, Winshluss nous touche vraiment et nous fait découvrir une poésie qu’il n’avait jamais démontrée auparavant. Une bonne lecture jeunesse, originale, marginale qui ne ressemble à rien, mais qui réjouira les petits lecteurs et leurs parents qui désirent aller plus loin.

8/10

Dans la forêt sombre et mystérieuse

Auteur : Winshluss (Scénario et dessin)

Éditeur : Gallimard BD (2016)

154 pages

Advertisements