Mots-clés

, , , , , ,

Par Dany Rousseau :

Futuropolis (2017) Bérubé

Si Jean-Sébastien Bérubé s’est fait connaitre avec sa série consacrée au coureur des bois Pierre-Esprit Radisson publiée chez Glénat Québec, c’est pour son pavé autobiographique de plus de 225 pages qu’il rencontre présentement un succès notable des deux côtés de l’Atlantique. Dans Comment je ne suis pas devenu moine (Futuropolis), Bérubé nous raconte sa recherche d’une illumination qui n’aura pas lieu et rapporte le voyage initiatique qu’il fit au Tibet en 2005, à l’âge de 28 ans. Grandi à Rimouski, Bérubé est fasciné par le Tibet depuis l’enfance. Victime d’intimidation pour un problème de bégaiement, il trouve dans le bouddhisme des valeurs de respect de l’autre et une philosophie face à l’existence qui correspond davantage à ses croyances profondes.

Emballé par ses lectures et ses découvertes tout au long de son adolescence, il se rend à Montréal dès l’âge de 20 ans afin de s’initier à la pratique du bouddhisme tibétain dans l’unique temple de la métropole. Quelques années plus tard, n’ayant pas seulement raffiné sa spiritualité, mais appris aussi la langue locale, Jean-Sébastien abandonne tout et décide de se rendre au Tibet pour se retirer dans un monastère et se faire moine.

Dès lors, nous suivons l’auteur dans sa quête mystique qui prendra, comme le titre de l’ouvrage l’indique, une tournure inattendue. Parti du Québec avec de nombreux a priori positifs pour le Tibet et les Tibétains, en débarquant dans le pays du Yéti, il croit mettre le pied dans un paradis. Il imagine tout un peuple pratiquant un bouddhisme pur, protégé du vice où de vieux sages se tiennent à chaque coin de rue, occupés à donner des réponses paraboliques à des questions existentielles. Les illusions seront cependant de courte durée. Le naïf jeune homme découvrira rapidement que les Tibétains ne sont que des humains comme les autres, ni plus vertueux, ni plus méchants. La plupart des moines bouddhistes déçoivent grandement Jean-Sébastien. Bien loin de l’idée que l’on se fait de la béatitude, ces derniers peuvent être tout aussi mesquins, menteurs, égoïstes, roublards que n’importe quel collecteur de fonds du parti libéral. Bérubé sera choqué lorsqu’il constatera que Bouddha est adoré comme un Dieu surnaturel alors que lui s’en fait l’idée d’un homme d’exception, mais constitué de chair et de sang. Il sera atterré de découvrir que chaque monastère est dédié à une déité différente, ayant chacune leurs exigences et leur carnet de charges.

Jean-Sébastien reconnaitra qu’au fond cette pratique truffée de superstitions ne vaut pas plus que le concept des saints catholiques. Vers la fin du récit, le Rimouskois est ébranlé en constatant que chaque temple est en compétition avec les autres. L’institution bouddhiste tibétaine est une grosse machine et là où il y a de l’argent (beaucoup d’argent !), il y a du pouvoir, de la peur et de la corruption. Bref, la désillusion sera grande. En parcourant le pays occupé par la Chine depuis 1959, Bérubé comprend que les rôles de bons Tibétains et de méchants Chinois ne sont pas aussi clairs que dans le portrait manichéen qu’il s’était fait de la situation. Même si sa naïveté peut irriter parfois le lecteur, on s’attache tout de même au narrateur tellement sa démarche est remplie de bonnes intentions et semble authentique. Comment je ne suis pas devenu moine est le récit classique d’un jeune recherchant le bonheur au bout du monde afin de fuir ses peurs et ses problèmes qui le rattraperont même s’il se cache à 5000 mètres d’altitude.

Futuropolis(2017) Bérubé

Malheureusement, je dois l’avouer, ce long livre m’a parfois paru interminable. Plusieurs passages n’apportent pas grand-chose au récit ou ne sont tout simplement pas judicieux. Certaines scènes, n’ayant pas l’air d’avoir de liens avec les autres, tombent à plat et l’on se dit qu’elles auraient pu être coupées au montage pour alléger le récit. Cependant, le portrait iconoclaste et lucide du bouddhisme tel qu’il est pratiqué dans les régions du monde où l’on s’imagine qu’il puise à la source directe de Bouddha en personne rend tout de même au témoignage de Jean-Sébastien Bérubé toute sa pertinence, soit celle d’un jeune idéaliste qui ouvrira enfin les yeux sur une réalité que nous ignorons en occident.

8/10

Comment je ne suis pas devenu moine.

Auteur : Jean-Sébastien Bérubé (scénario et dessin)

Éditeur : Futuropolis (2017)

226 pages.

 

 

Advertisements