Mots-clés

, , , , , ,

source : 1792 À main levée, éd. Publications du Québec, 2017.

par Mathieu T

Permettez-moi de débuter mon texte en paraphrasant le grand Umberto Eco dans une lettre qu’il a écrit à son petit-fils en 2014. Parlant de l’importance de la mémoire historique, il lui disait que ceux qui laissaient tomber le savoir historique vivaient une bien seule et unique triste vie au lieu des milliers que lui proposent la bataille de Waterloo, l’assassinat de Jules César ou la construction des pyramides. Malheureusement, chez nous aussi l’Histoire ne semble plus être une préoccupation des citoyens et les aventures de Robert de La Salle ou l’élection des libéraux de Jean Lesage ne marquent plus l’imaginaire et sont véritablement relégués aux oubliettes pour notre grand malheur collectif. Et connaître ce qui est arrivé avant nous permet de comprendre ce qui se déroule maintenant conclurait Eco. 1792 À main levée propose donc de revenir en arrière et de se pencher sur cette année si importante pour nos institutions politiques québécoises.

Un petit mot sur le projet. Normalement, je décortique le scénario puis le dessin pour terminer avec une appréciation du tout. Ici, nous avons affaire à un extraordinaire objet hybride qui va me faire aussi suivre des chemins moins empruntés. Pour célébrer les 225 années de la création du parlement du Bas-Canada, l’Assemblée nationale a fait paraître ce bouquin qui constitue une mixture intéressante soit un mélange de livre d’histoire, de recueil d’œuvres anciennes et de bandes dessinées. Celles-ci, au nombre de quatre (huit pages chacune), racontent quatre moment-clés : les premières élections, le débat sur les langues, un topo sur Pierre-Stanislas Bédard et les 92 résolutions poussées par Louis-Joseph Papineau.

Ce livre est un pari fou. La voix de la facilité (et peut-être de la raison) aurait été de produire une bédé de 48 pages avec un seul sujet et un seul auteur. Au contraire, nous avons affaire à un dialogue entre l’Histoire elle-même, présentée sous la forme de textes d’introduction, des images de l’Histoire, dont celles absolument incroyables intitulées À tous les électeurs datées de 1792 et qui seraient peut-être la plus ancienne bédé francophone, et finalement, des représentations de l’Histoire avec les quatre bédés. Chaque bédéiste a justement conservé son style original tout en puisant dans ce bassin historique et les trois pôles s’interpellent, discutent, s’influencent pour en venir à un tout cohérent et très stimulant. Un pari fou certes, mais un pari réussi.

Il y a quelque chose de très satisfaisant à lire 1792 À main levée et c’est de constater que la bande dessinée a été prise au sérieux et s’est imposée comme le fil conducteur du projet. Au final, le lecteur tient entre ses mains un objet unique et rare qui lui permettra d’ajouter un nombre incroyable de vies à sa trame quotidienne.

9/10

1792 À main levée

Auteurs : Christian Blais, Michel Giguère, Magali Paquin (directeurs du projet) et Vincent Giard, Réal Godbout, Van et VoRo (bédéistes)

Éditeur : Les publications du Québec (2017)

108 pages

 

Advertisements