Mots-clés

, , , , , , , , , , , ,

Par Dany Rousseau :

Couv_300962

Delcourt (2017) Jacobson/Colon

Le 11 septembre 2001, le monde entier fut tétanisé d’effroi devant l’effondrement en direct des deux tours du WTC. Le soir même, le président George W Bush s’adressait à la nation et affirmait d’un ton vengeur que la guerre contre le terrorisme et Al-Qaïda — un nom que beaucoup de gens entendaient pour la première fois — avait débuté. L’Amérique était attaquée et elle devait répliquer même si l’on ne savait pas vraiment où frapper. L’Afghanistan et l’Irak furent désignés comme cible et au fil des combats, les arrestations de combattants islamistes se multiplièrent.

La CIA intervint sur le terrain pour mettre la main sur une trentaine d’entre eux qui semblaient en connaître beaucoup sur l’organisation et son chef Oussama Ben Laden qui restait introuvable. C’est dans ce contexte particulier que le directeur de la CIA George Tenet abaissa les normes américaines relatives aux interrogatoires. Ainsi, de 2002 à 2006, les détenus furent incarcérés dans des lieux secrets et soumis au TIR ou Technique d’Interrogatoire Renforcé. Les simulations de noyade, les confinements, les privations de sommeil, les coups, la nudité imposée, l’humiliation et bien d’autres choses toutes aussi rigolotes devinrent des pratiques normalisés.

À la fin du règne Bush, en 2008, plusieurs élus ayant été informé des agissements discutables de la CIA insistèrent auprès de l’administration Obama pour que celle-ci mette en place une commission d’enquête sénatoriale sur la question. En 2014, un rapport de plus de 6000 pages fut déposé et est résumé en bédé par le journaliste Sid Jacobson et l’illustrateur Ernie Colon dans un ouvrage intitulé Rapport sur la torture ; Les agissements de la CIA en Irak (Delcourt).

2155_P8

Delcourt (2017) Jacobson/Colon

Le document mettra en lumière les centaines de comptes-rendus d’interrogatoires produits et falsifiés par la CIA. Durant cette période, avec la complicité de toute l’administration Bush, l’agence prétend que les résultats de ses séances de tortures sont extraordinaires. Selon ces documents, le TIR fait des miracles pour délier les langues peu coopératives. Toujours selon les responsables du « programme » TIR, des centaines de vies américaines ont été sauvées par l’information communiquée durant ces interrogatoires. Cependant, la vérité s’avéra tout autre. Les techniques moyenâgeuses de l’agence de renseignement se montrèrent complètement inefficaces et contre-productives. Il y avait d’ailleurs longtemps que les experts de la question avaient démontré qu’un prisonnier soumis à la torture en vient la plupart du temps à dire n’importe quoi pour que tout arrête. Il fut ainsi établi dans l’enquête que les principales informations qui menèrent entre autres à la capture de Ben Laden en 2011 avaient été obtenues par d’autres sources sans utilisation de violence et sans l’aide de la CIA.

Si cette bédé est grandement informative, elle est aussi hautement rébarbative. Nous sommes davantage dans le résumé illustré que dans la bande dessinée proprement dite. Les images, très bien exécutées par Colon, sont un simple accessoire servant aux propos de Jacobson. Ce résumé dense et aride répète à de nombreuses reprises les mêmes faits durant 166 pages, ce qui devient vite interminable. Selon moi, tout aurait été davantage plus intéressant si le journaliste avait collaboré avec un vrai bédéiste. En voulant s’astreindre scrupuleusement aux divisions originelles du texte du rapport, Jacobson, disons-le, nous ennuie profondément. En usant d’imagination, en coupant de longs passages et en sortant de la structure du document officiel, un bon scénariste aurait pu utiliser une trame narrative dynamique qui n’aurait rien perdu de son sérieux, tout en rendant le texte plus digeste et intelligible. Rapport sur la torture est une belle leçon, démontrant que n’est pas bédéiste qui veut. Ce n’est pas parce que l’on trace des cases, qu’on écrit du texte et qu’on agrémente le tout de dessins que cela donne comme résultat une bédé. Dommage, car le propos de ce livre reste capital. Autrement présenté, l’ouvrage aurait pu faire œuvre utile et toucher un plus large public.

5/10

Rapport sur la torture ; les agissements de la CIA en Irak

Auteur : Sid Jacobson (scénario) Ernie Colon (dessins)

Éditeur : Delcourt (2017)

166 pages

 

 

Advertisements