Mots-clés

, , , , , , , , ,

VII       

Par Dany Rousseau :

Pow Pow (2017) Thom

Outre Mister O (Delcourt) de Trondheim, je ne possède aucune bédé muette dans ma bibliothèque. J’ai très peu visité ce genre et à vrai dire, je l’ai peut-être toujours un peu fui pour des raisons de manque d’intérêt, mais aussi pour le sentiment moins avouable de ne pas en avoir pour mon argent lorsque j’achète ce type d’œuvre. Peut-être ai-je en moi un petit côté Pierre-Yves McSween qui se cache. Par conséquent, c’est donc avec un désir de rédemption que j’ai débuté — non sans crainte — la « lecture » de VII (Pow Pow), première œuvre du jeune bédéiste Thom.

Pow Pow (2017) Thom

Se déroulant dans un monde imaginaire et composé de personnages fantaisistes et semi-animaliers, VII raconte les difficultés d’un populaire auteur, Titus Caropin, victime du syndrome de la page blanche. Les yeux cernés, fumant trois cigarettes à la fois, le pauvre Caropin est face à un mur. Après avoir écrit une série à succès de six volumes, il peine à accoucher du septième tome même si ses amis et voisins, tous un peu sorciers et alcooliques, tentent de le détendre pour débloquer sa créativité. Petit à petit, la panique s’installe et Titus sent une pression paralysante qui le happe lorsqu’il constate que ses admirateurs manifestent de plus en plus leur impatience envers ce septième volet qui ne vient pas. Si cette contrariété se limitait à ce petit inconfort dans ses relations auteur-lecteur, Titus pourrait gérer. Cependant, le problème devient vraiment grave quand il réalise que le plus grand de ses admirateurs s’avère n’être nul autre que la Mort en personne ! Dans sa garçonnière, la Faucheuse, qui vit seule avec son chien Cerbère, boit des bières affalées sur son fauteuil, devant sa télé, désespérant de n’avoir plus rien à lire. Elle attend depuis plusieurs mois la suite de la saga « Caropontienne » et elle commence à être excédée par ce contretemps. Devra-t-elle prendre les choses en main et contraindre Titus à pondre ce foutu dernier tome ?

Pow Pow (2017) Thom

Il y a longtemps que je n’avais pas éclaté de rire en lisant une bande dessinée. L’humour de Thom est complètement déjanté et absurde. J’adore ça. Plusieurs scènes sont géniales. Par exemple, le moment où les amis de Titus l’amènent au karaoké et prennent une cuite de l’enfer. Ou lorsque la Mort promène son chien dans un parc en portant une tuque du Canadien et en rageant de voir son auteur favori tenter de patiner sur l’étang au lieu d’écrire. L’histoire est fluide et bien construite. Chaque case regorge de détails et de clins d’œil que l’on prend plaisir à découvrir. Le dessin tout en rondeur de Thom est très inspiré du dessin animé et on en raffole. Un beau premier opus pour ce jeune bédéiste que l’on devra surveiller. Je vous conseillerai même de faire fi de la radinerie. VII, même sans paroles, vaut amplement le montant que vous investirez en vous le procurant chez votre libraire préféré.

9/10

VII

Auteur: Thom (dessins et scénario)

Éditeur: Pow pow (2017)

160 pages

 

Élixir X

La Pastèque (2017) Godbout/Fournier

La sortie d’un nouveau Red Ketchup est toujours un événement. L’événement devient d’autant plus un incontournable, lorsque le mythique duo Godbout-Fournier se réunit pour compléter une aventure débutée il y a vingt ans dans le magazine satirique Croc et interrompue lors de la disparition du mensuelle en 1995. Véritable monument de la BDQ, l’agent albinos polytoxicomane reprend du service dans Élixir X (La Pastèque) et est toujours prêt à foutre le bordel et frapper dans toutes les directions.

L’élixir X est le nom que donne le professeur Otto Künt à sa nouvelle trouvaille qui consiste en une crème miracle de rajeunissement. En pleine forme, le scientifique nazi avec sa mâchoire inférieure d’acier, son crochet et ses deux jambes artificielles a rencontré une jeune femme qui ressemble à son ancien amour et à sa poupée gonflable Pandora. Avec l’aide de sa muse, il tentera de devenir riche et célèbre grâce à sa cure de jouvence en pot. En parallèle, Sally, la sœur de Red Ketchup qui vient de publier un livre de croissance personnelle, est pour sa part pourchassée par un mystérieux assassin. Évidemment, son petit frère sera chargé de sa protection et rien ne se déroulera comme prévu, laissant se succéder les situations abracadabrantes.

Le dessin de Godbout n’a pas pris une ride. Les cases ciselées avec le souci d’un orfèvre sont encore la marque de commerce du talentueux dessinateur. Chargées de détails, les illustrations frappent par leur clarté. Les têtes de ses personnages sont toujours aussi typées et réjouissantes. Cependant, tout se gâte lorsque l’on parle de l’histoire tarabiscotée d’Élixir X. Le scénario est ardu. Les longueurs sont nombreuses et on se lasse rapidement de situations qui s’éternisent dans la durée. Prenons comme exemple l’épisode où Sally est retenue contre son gré dans une chambre d’hôtel par son frère. L’abondance des phylactères, surchargés de texte, prennent trop d’espaces et alourdissent péniblement la lecture. L’ensemble donne une bédé beaucoup trop bavarde. En ce domaine, j’en reviens un peu aux arguments de mon collègue Mathieu qui critiquait l’an dernier le tome 8 : Red Ketchup en enfer. Les gags tombent souvent à plat et l’humour y est très daté années 80. Malgré mon immense respect des auteurs en question et en reconnaissant leur gigantesque apport au 9e art québécois, je me serais attendu à un renouveau dans la trame. Le tueur à gages chargé de se débarrasser de Sally, qui s’amourache d’un Red Ketchup, déguisé de façon grotesque en sa sœur, est une situation comique surexploitée qui ne fait plus rire beaucoup de gens, sauf les nostalgiques de l’âge du burlesque.

Les vrais fans de Red Ketchup seront sans doute intéressés par Élixir X, car les aventures du personnage sont parfaitement en accord avec l’esprit de l’époque. Malheureusement, je crains que l’albinos le plus connu du Québec ne réussisse pas à renouveler ses lecteurs.

5/10

Élixir X, Red Ketchup t.9

Auteurs: Réal Godbout (dessins et scénario) Pierre Fournier (scénario)

Éditeur: La Pastèque (2017) 

48 pages

 

 

 

 

 

 

Advertisements