Mots-clés

, , , , , , , , , ,

Par Dany Rousseau :

Couv_318246

La Pastèque (2018) Berton

Les romans de Jule Verne sont probablement les œuvres de science-fiction les plus adaptées à l’écran, sur scène et en littérature. Le bédéiste italien Matteo Berton joint sa voix à ce concert de relecture en nous offrant à la Pastèque sa version du Voyage au centre de la Terre. Écrit par le romancier en 1864, cette aventure de spéléologie extraordinaire constitue l’un de ses titres les plus célèbres. L’illustrateur italien débute son album alors que le professeur Lidenbrock, minéralogiste et géologue au johanneum de Hambourg, découvre dans un livre ancien un parchemin crypté en symboles runiques islandais. Complètement obnubilé par sa trouvaille, l’érudit, aidé par son neveu Axel, déchiffrera le mystérieux document rapportant le voyage au centre de la terre d’un certain Arne Snaknussemm s’étant déroulé au XVIe siècle. L’étrange personnage affirme sur ce court manuscrit avoir emprunté une galerie au cœur du volcan islandais Sneffels, éteint depuis plus de cinq cents ans, afin de s’engouffrer dans les entrailles de la croûte terrestre avant les calendes de juin.

Enthousiasmé par cette opportunité d’avancement scientifique révolutionnaire, le professeur Lidenbrock quitte immédiatement l’Allemagne pour se rendre en Islande accompagné d’Axel. Équipés et bien préparés, l’oncle et le neveu adjoindront à leur expédition un guide local, Hans Bjelk, un chasseur d’eider. Dès lors, une aventure extraordinaire s’engage, mêlant le fantastique, l’anticipation et les découvertes scientifiques de l’époque en paléontologie et en géologie.

PlancheA_318246

La Pastèque (2018) Berton

Sans avoir lu le chef-d’œuvre de Verne, je devine que Berton, ici à sa première bédé, a procédé à un élagage du récit en se concentrant sur les scènes marquantes de l’œuvre. Pour atteindre ses fins, l’auteur utilise efficacement un mélange des genres incluant dans sa bande dessinée des facsimilés de pages encyclopédiques, des passages issus du texte original et des cartes géographiques. Cependant, malgré ce bel enrobage, le lecteur se perd à quelques reprises dans le déroulement de certains chapitres. En voulant demeurer concis, Berton hésite à donner trop de détails et d’explications. Si le désir de fluidité s’en trouve exhaussé, l’effet négatif en est la plupart du temps le manque de clarté des péripéties de nos héros.

bertonVoyageaucentredelaterre-7

La Pastèque (2018) Berton

En revanche, si nous oublions ces quelques ratés qui restent minimes, le graphisme de ce premier opus donne une bande dessinée aérée, et ce même dans ses découpages serré et nerveux lors des scènes d’action souvent muettes. La ligne simple et élégante ainsi que les couleurs judicieusement utilisées, se limitant à l’orange, au marron et au turquoise, donne au livre un air rétro qui en fait un bel album au design accrocheur.

8/10

Voyage au centre de la Terre; d’après Jules Verne

Auteur : Matteo Berton (Dessins et scénario)

Éditeur : La Pastèque (2018)

111 pages

 

 

 

Advertisements