Mots-clés

, , , , , , , , ,

Par Dany Rousseau :

Couv_319756

Futuropolis (2018) Rabaté

En 2016, le prolifique bédéiste Pascal Rabaté publiait la première partie de son diptyque La Déconfiture (Futuropolis). Mon collègue Mathieu avait alors qualifié cette œuvre « d’album majeur », opinion que je partageais totalement à l’époque. Après deux ans d’attente, la conclusion de cette histoire est maintenant disponible chez votre libraire et je dois avouer que notre patience n’aura pas été vaine. Cette seconde partie clôt de façon admirable une autre bédé ayant pour thème la Deuxième Guerre mondiale, mais qui se démarque par sa grande qualité narrative et graphique.

Souvenons-nous que La Déconfiture racontait la débâcle de juin 1940, alors que la France s’écroulait devant un blitzkrieg foudroyant. En quelques semaines, l’une des plus puissantes armées de la planète était terrassée, complètement dépassée par les nouvelles stratégies du IIIe Reich. Dans la panique générale, les populations civiles se sont lancées sur les routes avec les quelques biens de valeurs qu’ils avaient pu sauver du chaos. À travers les interminables colonnes de réfugiés qui descendaient vers le sud, une armée, tout aussi en déroute, tentait de se frayer un chemin, qui pour monter au front, qui pour battre en retraite. Dans ce joli bordel, nous faisions la connaissance de Videgrain, un instituteur dans le civil qui s’était égaré et désirait rattraper son unité qui l’avait devancé. Après plusieurs péripéties, le jour où il retrouve enfin ses camarades du 11e régiment, son colonel annonce à ses hommes que Pétain a signé la reddition et demande à son armée de déposer les armes et de se rendre.

Dans cette seconde et dernière partie, Videgrain reprend la route, mais cette fois en groupe sous la pointe des baïonnettes allemandes. Tout au long de la longue marche qui doit aboutir à une gare et à un Stalag en Allemagne, les prisonniers sont bavards et tentent d’apaiser l’angoisse face à un avenir incertain. Quelques-uns en profitent pour étoffer une ou plusieurs théories sur la vie, les autres se réfugient dans leurs souvenirs d’une terre, d’une campagne, d’un village qu’ils craignent ne jamais revoir. D’autres, comme Videgrain, ébauchent des plans d’évasion. Avec quatre acolytes, l’ex-instituteur se prépare à se faire la malle, alors que l’interminable caravane de vaincus à laquelle il appartient sera stationnée dans un champ pour dormir.

790616_04Videgrain sera confronté au mieux comme au pire de l’homme. Si certains échanges et engueulades avec les geôliers teutons peuvent être bon enfant, toute naïveté disparait lorsque les gardiens ne cachent pas leur racisme et leur cruauté envers les troupes coloniales françaises. Loin de faire dans le manichéisme, Rabaté nous rappelle qu’il y aura dans la troupe de bons Gaulois qui ne trouveront rien à redire aux mauvais traitements administrés envers leurs frères d’armes de couleur, ce qui dégoûte Videgrain.

790616_06

Futuropolis (2018) Rabaté

La déconfiture ne raconte rien d’extraordinaire, sauf le parcours d’un soldat durant ce grand dérangement. Le destin de Videgrain ne sera pas différent de celui de centaines de milliers de troufions français sans histoire qui durent se rendre à l’ennemi, sans avoir tiré un coup de feu ou avoir même vu un seul boche. Cependant, avec son talent de conteur, Rabaté change toute la perspective de l’action. Son récit profondément humain touche à toutes les nuances de l’âme du quidam le plus banal qui se voit confronter à une catastrophe nationale. L’auteur nous force à nous interroger. Dans notre petit confort, il est difficile de s’imaginer comment vivrions-nous une situation extrême qui mettrait en jeu notre vie ou celles de nos proches. Nos valeurs, notre moral, nos principes resteraient-ils inébranlables ? Pas sûr. Avec son trait fin et son admirable dessin noir et blanc — qui me rappelle un peu sa période Ibicus —, l’auteur fait de La Déconfiture une œuvre humaniste essentielle à votre bédéthèque.

9.5/10

La Déconfiture (Seconde partie)

Éditeur : Pascal Rabaté (dessins et scénario)

Éditeur : Futuropolis (2018)

117 pages

 

 

 

 

Advertisements